Les gros mots de l’éco !


Ceteris paribus :

Expression latine, qui est souvent employée par les économistes pour expliquer des mécanismes qui impliquent plusieurs facteurs.Cela signifie, « toutes choses égales par ailleurs ».

Comment s’en sert-on  en économie ?

Sachant que la variation de la consommation, la variation de l’investissement, la variation des exportations sont responsables de l’augmentation du Pib, on démontrera successivement que chaque élément pris individuellement contribue à la croissance, si les autres facteurs restent constants.Si la consommation augmente, ceteris paribus, alors le Pib augmente.

« ad valorem » :

Cette expression latine est utilisée pour parler des barrières protectionnistes tarifaires qu’utilisent certains pays. En effet, certains pays veulent augmenter le prix des marchandises qui pénètrent sur le territoire national en taxant ces importations et les rendre ainsi plus chères donc moins compétitives. Par exemple, les produits textiles en provenance de Turquie vont être taxés proportionnellement à leur valeur, « ad valorem » lorsqu’ils franchiront la frontière du Maroc.

« Usus, fructus, abusus » :

Encore une expression latine qui permet de retenir la définition de droits de propriété. En effet, Le droit de propriété est le droit, garanti par L’État, d’utiliser (l’usus), de retirer des fruits (le fructus), et de disposer (l’abusus) d’un bien (c’est-à-dire de le transformer, le détruire, le vendre, le donner).

Le solde :

Non, non, pas d’erreur, solde peut être employé au masculin ! Rien à voir avec la période de frénésie dans les boutiques qui affichent des rabais de 50% de 70%. Il s’agit d’un solde, une différence. En effet ce terme est employé de plusieurs façons, soit dans le commerce international pour exprimer la différence entre le montant des exportations et le montant des importations. Par exemple, le solde commercial du Maroc est déficitaire de 78, 44 milliards de dirhams selon l’office des changes de fin mai 2017.

« Si c’est gratuit, c’est vous le produit ! » :

Cette expression nous rappelle qu’en économie, rien n’est gratuit. On peut avoir l’illusion que certains services sont gratuits, tels que les réseaux sociaux, et moteurs de recherche. Or vous avez déjà remarqué que suite à une recherche particulière, un vol à destination de Paris, par exemple, vous recevez peu de temps après des offres publicitaires qui ciblent parfaitement votre demande. Ainsi votre profil de consommateur et votre adresse ont fait l’objet d’une vente auprès de distributeurs, sans que vous en soyez informé. Vous êtes bien l’objet d’une transaction marchande.

 

Cécile LAAROUSSI

 

 

 

Previous Concours Hirondelles
Next Le saviez-vous ?

No Comment

Leave a reply

Your email address will not be published.