Le syndrome de la page blanche


Parlons de la leucosélophobie, ou autrement appelée, le syndrome de la page blanche. Ce syndrome n’est pas rare, mais n’est pas commun non plus. Il touche plus les auteurs, qui, dans le souci de vouloir écrire un récit parfait, n’arrivent pas à se résoudre à choisir la première phrase de leur récit, voulant que cette dernière soit parfaite. Mais ce syndrome commence à toucher de plus en plus de jeunes, qui, avec le stress, et la pression de certains examens capitaux, ne savent pas quoi écrire sur leur copie. Mais alors, peut-on réussir à s’en débarrasser ?

Pour commencer, il faudrait déjà savoir ce qui est propice à l’apparition de ce syndrome. La majorité des recherches sont d’accord sur cela, la pression en est la cause première, quand par exemple, un auteur ou un étudiant, a besoin de rendre un travail de grande qualité, avec une limite de temps, il peut arriver que ce syndrome apparaît, par la peur de mal faire. Ce syndrome peut s’étendre de quelques heures, à des jours entiers. Autre élément favorable à l’émergence de ce syndrome est le manque de créativité pouvant empêcher l’auteur de réfléchir, peut-être à cause d’une routine ou des problèmes dans la vie privée. Il se trouve que cela peut être résolu, en réalisant plusieurs activités sportives, en cassant la routine, afin de stimuler sa créativité ; il convient également d’éliminer les distractions ou encore il est possible de sauter ce passage, voire demander de l’aide… 

Pour conclure, il existe une multitude de solutions afin de se débarrasser de la pression, et du manque de créativité. En se débarrassant de ces difficultés, nous pouvons vous assurez que cela ne vous arrivera pas.

Sources : Colibri.com ; Wattpad.com

Yasmine Derradji- 2B/ Reda El Ayoubi- 2B

Previous Bouleversement en Tunisie…
Next Olympe de Gouges, pionnière du féminisme français

No Comment

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *